Passer au contenu principal

À propos du conseil

Version 2, en vigueur le 1er janvier 2023

Le conseil compte quatre comités :

Le Comité des finances et de la vérification aide le conseil à assumer ses responsabilités en matière de surveillance financière, notamment en supervisant les rapports financiers, le caractère adéquat des systèmes de contrôle interne, les questions de financement (dont les transactions importantes, l’émission de titres de créance et la structuration de la dette) et les enjeux de vérification. Ce comité joue un rôle de premier plan dans la détermination des principaux risques opérationnels et dans l’examen du système de gestion des risques de l’entreprise.

Le comité de la gouvernance aide le conseil à superviser les bonnes pratiques de gouvernance au niveau du conseil et de l’organisation. Il élabore un plan à long terme pour la composition du conseil, en tenant compte de l’orientation stratégique de l’Administration de l’aéroport ainsi que de la politique du conseil sur la diversité et l’inclusion. Le comité examine également la rémunération des administrateurs, les programmes utilisés pour veiller à ce que l’Administration de l’aéroport demeure en conformité en matière de lois et règlements environnementaux applicables, de cybersécurité, de protection des renseignements personnels et de relations avec les parties prenantes.

Le comité des ressources humaines aide le conseil à s’acquitter de ses responsabilités de surveillance des politiques et des initiatives en matière de ressources humaines afin de s’assurer qu’elles respectent les plans et les objectifs stratégiques et qu’elles favorisent un milieu de travail diversifié, inclusif et accueillant. Ses tâches comprennent la supervision de l’harmonisation de la culture organisationnelle avec la stratégie, l’évaluation du rendement de la PDG, la recommandation de la rémunération de cette dernière ainsi que le suivi des plans de relève de la PDG et des autres membres de la direction.

Le comité du développement aide le conseil à superviser le plan d’immobilisations à long terme et à s’assurer qu’il est conforme à la stratégie. Le comité recommande également de grands projets d’immobilisations à des fins d’approbation. De plus, il s’assure que des processus et programmes adéquats de maintenance et de gestion des actifs, indispensables pour garantir la sécurité, la résilience, la préservation de la valeur et l’atténuation des risques, sont en place.

En outre, le conseil met périodiquement sur pied des groupes de travail chargés d’accomplir des tâches précises.

Nomination et sélection des membres du conseil d’administration

Le conseil de l’Administration de l’aéroport de Vancouver peut compter un maximum de 15 administrateurs. Neuf de ces administrateurs sont nommés par des organismes externes que nous appelons « entités proposant des candidatures ». Le conseil peut nommer jusqu’à cinq administrateurs issus de l’ensemble de la collectivité – la présidente occupe l’un des postes par mandat spécial. La PDG de l’Administration de l’aéroport est automatiquement membre du conseil d’administration en vertu de son poste.

Les entités proposant des candidatures sont notamment les suivantes :

  • L’institut des comptables agréés de la Colombie-Britannique – un(e) administrateur(rice)
  • La Ville de Richmond – un(e) administrateur(rice)
  • La Ville de Vancouver – un(e) administrateur(rice)
  • L’association des ingénieurs et des géoscientifiques de la Colombie-Britannique professionnels – un(e) administrateur(rice)
  • Le gouvernement du Canada – deux administrateur(rice)s
  • La Chambre de commerce du Grand Vancouver – un(e) administrateur(rice)
  • Le Barreau de la Colombie-Britannique – un(e) administrateur(rice)
  • Metro Vancouver – un(e) administrateur(rice)

Chaque entité proposant des candidatures dispose de son propre processus interne pour proposer la candidature d’un membre au conseil d’administration de l’Administration de l’aéroport. Toutes les entités proposant une candidature ont un processus d’annonce. La présidente du conseil de l’Administration de l’aéroport, la présidente du comité de la gouvernance et la chef de la gouvernance rencontrent l’entité proposant des candidatures et examinent les exclusions relatives aux administrateurs énoncées dans nos règlements administratifs, la matrice des compétences et des qualités des administrateurs (voir ci-dessous), un document sur les particularités du poste qui précise les ensembles de compétences actuellement exigés par le conseil, et la politique du conseil sur la diversité et l’inclusion. Selon l’entité proposant des candidatures, nous pouvons également aider à annoncer le poste, contribuer à l’élaboration d’une liste des candidats sélectionnés ou participer aux entrevues des candidats. La décision finale concernant le choix du candidat revient à l’entité proposant des candidatures, et le conseil d’administration élit le candidat choisi lors de son assemblée annuelle des membres. Avant l’assemblée annuelle, les candidats doivent remplir une déclaration de conflit d’intérêts pour permettre de régler tout conflit d’intérêts réel ou perçu et d’évaluer leur indépendance.

Pour les postes de directeur par mandat spécial du conseil, le comité de la gouvernance du conseil agit à titre de comité de nomination. Le comité de la gouvernance tient également compte de la matrice des compétences et des qualités des administrateurs, des ensembles de compétences actuellement exigés par le conseil et de la politique du conseil sur la diversité et l’inclusion. Nous faisons appel à une agence de recrutement indépendante pour nous aider à trouver des candidats potentiels possédant les compétences recherchées, tout en tenant compte de la diversité et de l’expérience vécue. Nous annonçons le poste à doter, et les parties intéressées sont invitées à communiquer avec l’agence de recrutement. En collaboration avec l’agence de recrutement, le comité de la gouvernance dressera une liste des candidats sélectionnés, après quoi, à la suite d’une entrevue et d’un processus de vérification pour s’assurer qu’il n’y a aucun conflit d’intérêts, il recommandera un candidat à l’élection du conseil. 

À l’exception de la présidente et chef de la direction, tous les administrateurs sont indépendants. Nos administrateurs n’ont aucun intérêt, aucune relation d’affaires ni aucune autre relation qui pourrait, ou qui pourrait raisonnablement être perçue comme telle, nuire à la capacité d’un administrateur d’exercer son jugement de façon indépendante et d’agir dans l’intérêt supérieur de l’Administration de l’aéroport.

Limites du mandat

Nos administrateurs sont nommés pour un mandat de trois ans et peuvent être reconduits pour deux mandats supplémentaires, pour un total de neuf ans. Pour équilibrer la nécessité de renouvellement et de continuité, une exception permet à un administrateur de servir pendant une année supplémentaire si plus de deux administrateurs prennent leur retraite au cours d’une année donnée.

Engagement avec les entités proposant des candidatures et les parties prenantes

Le conseil veille à ce que l’Administration de l’aéroport communique de façon proactive avec ses entités proposant des candidatures et les autres parties prenantes. Pour favoriser une communication positive avec les entités proposant des candidatures, le conseil leur communique les projets et événements majeurs de l’aéroport. De plus, il les rencontre individuellement ou collectivement.

Le mandat du comité de la gouvernance comprend également l’obligation de surveiller les relations avec les parties prenantes. Cette obligation inclut les relations avec les Premières Nations Musqueam et autres, les collectivités avoisinantes et les partenaires commerciaux. On peut trouver de nombreux exemples d’engagement communautaire dans le rapport annuel et rapport sur la durabilité d’YVR de 2021, accessible à partir de ce lien.

We use cookies to improve user experience, and by using this site, you consent to the use of cookies. Learn more and how to manage your preferences on our Privacy page.