Passer au contenu principal

L’YVR EFFECTUE UN EXERCICE D’ENTRAÎNEMENT MULTIORGANISMES

24 organismes, 600 participants dans une simulation de menace à la sécurité et d’écrasement d’avion

Aujourd’hui, l’Aéroport international de Vancouver (YVR) a effectué un exercice d’entraînement à l’échelle de l’aéroport en simulant une menace à la sécurité et un écrasement d’avion afin de mettre en pratique les plans d’intervention en cas d’urgence avec ses partenaires commerciaux et la communauté aéroportuaire.

« Le plan de gestion des urgences met l’accent sur trois principes : la prévention, la préparation et la mise en pratique. C’est la première année que nous avons deux incidents simultanés. Cela nous a permis de mettre le plan à l’épreuve dans des conditions extrêmes, explique Steve Hankinson, vice-président, Exploitation, Administration de l’aéroport de Vancouver. Les scénarios d’aujourd’hui ont été choisis de façon à faire participer le plus grand nombre possible d’intervenants et de partenaires commerciaux, et je suis heureux de dire que nous avons collaboré de façon efficace et efficiente en réponse aux deux incidents. »

Le plan de gestion des urgences d’YVR porte sur toutes les situations d’urgence, y compris les incidents aériens, les catastrophes naturelles, les urgences médicales, les menaces à la sécurité et les risques biologiques. Les exercices d’urgence constituent une partie importante du plan de gestion des urgences d’YVR et sont effectués régulièrement. Les exercices d’urgence peuvent comprendre un entraînement par mise en situation réelle, des simulations théoriques et des exercices de simulation d’urgence. Le plan de gestion des urgences d’YVR est évalué et amélioré en permanence de façon à intégrer les connaissances acquises lors de situations d’urgence réelles et simulées, ainsi que les progrès récents en matière de sécurité aéroporturaire et de gestion des urgences.

L’exercice d’entraînement d’aujourd’hui comprenait deux éléments distincts. Le premier, une menace à la bombe simulée, visait à mettre à l’épreuve la réponse à l’évaluation de la menace, la coordination entre les organismes et le transfert des communications entre les incidents. Le deuxième exercice était de plus grande ampleur et consistait en un écrasement d’avion simulé. Le scénario mettait en scène un aéronef de passagers s’étant posé avant la piste sud et ayant heurté la digue de Sea Island. En raison de la force de l’impact, l’avion s’est brisé en deux. Une partie est tombée dans la rivière Fraser, près de la rive, alors que la seconde s’est retrouvée sur la terre ferme. Les intervenants d’urgence sont intervenus aux deux endroits. Une zone à l’intention de la famille et des amis a été établie afin de simuler les soins et la communication d’information nécessaires en situation d’urgence. Plus de 180 bénévoles ont tenu les rôles de blessés, de passagers, de membres des familles et des médias, ce qui a ajouté au réalisme de l’expérience vécue par tous les participants.

Parmi les 24 organismes qui ont participé à l’exercice d’entraînement d’aujourd’hui, mentionnons : Air Canada, le service ambulancier de C.-B., les services de coroners de C.-B., la Garde côtière canadienne, l’Agence des services frontaliers du Canada, la Ville de Richmond, London Air Services, la Gendarmerie royale du Canada, l’Armée du Salut, Transports Canada et le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (USCBP).